Critique – A Love You

Notre critique de A Love You, le premier long métrage de Paul Lefèvre

Une affiche délirante, un jeune réalisateur repéré par un collaborateur de Luc Besson et un prix du jury au festival de l’Alpe d’Huez, A Love You a tout pour mettre l’eau à la bouche du spectateur en ce début d’été. Quoi de mieux qu’un road-trip sur les routes de France pour se mettre dans l’ambiance des vacances toutes proches ? Et le voyage ne va pas être de tout repos, si l’on s’en réfère aux deux types qui marchent nu comme des vers en pleine campagne. Impossible de ne pas imaginer les galères et embûches rencontrées pour en arriver là. On sourit d’avance. Tant mieux, parce qu’on ne sourira pas beaucoup pendant le film.

A Love You : very bad road trip

Après une soirée arrosée et riche en grand n’importe quoi, Manu (Antoine Gouy, La Crème de la Crème), étudiant en médecine, passe la nuit avec une fille qui part sans laisser de trace, ou presque. Elle a juste griffonné quelques mots sur le bras du jeune homme, lui donnant rendez-vous à Avignon le lendemain à 20h. Troublé et amoureux, Manu demande à son pote de toujours, Fred (Paul Lefèvre, aperçu dans Lucy), de l’accompagner là-bas. Réticent au début, celui-ci finit par accepter et ils partent sur les routes de France. Très vite, cette virée entre potes tourne à la galère totale. Ils perdent leur voiture, leurs fringues et font de curieuses rencontres, dont un clochard romantique (Dominique Pinon) et la jolie Juliette (Fanny Valette, La Traversée, La Loi de Murphy),…

affiche A Love You

Les voyages forment la jeunesse…

 A Love You commence sur un rythme endiablé : filmé façon Go Pro, l’introduction nous dévoile la soirée arrosée des deux potes et enchaîne en très peu de temps l’alcool, les danses, les plongeons et autres pitreries du genre. A la manière d’un Very Bad Trip ou d’un Babystting, on sent que les ennuis – et l’intrigue – ne vont pas tarder à arriver. Entre ce moment et le départ en voiture, les deux héros ont déjà perdu mon intérêt. Et ce, malgré le mystère du message à résoudre. Les situations de « lendemain de fête » sont convenues et sentent le recyclage bas de gamme. Le reste du voyage ne va faire qu’enfoncer le clou des stéréotypes et des gags téléphonés.

Un kilomètre à pieds, ça use…

Paul Lefèvre voulait nous faire vivre un buddy movie avec un duo de potes qui s’opposent et se rapprochent tour à tour. Un peu comme Depardieu et Pierre Richard ou Bud Spencer et Terrence Hill. Si le comédien et réalisateur y met toute sa bonne volonté, le tandem Manu / Fred manque de pep’s et Antoine Gouy de naturel. Il passe son temps à hurler ses répliques et dit sans cesse à son pote d’arrêter de râler. Et non, ça ne donne pas un petit côté décalé, mais justes des dialogues bien lourds. Pareil pour les métaphores sur l’amour qui reviennent toutes les 2 minutes, comme si le scénario n’avait rien à nous dire. A Love You veut nous faire rire à tout prix et à chaque phrase, si bien qu’on finit par être gênés devant tant de tentatives désespérées.

Pour couronner le tout, les péripéties n’ont rien d’original et le réalisateur ne prend aucun risque. Le coup des animaux dans la maison et des gros balèzes dans la voiture minuscule, c’est du vu et revu. Manu et Fred traversent des épreuves dignes d’un téléfilm du dimanche après-midi et côté personnages secondaires, on n’est pas gâtés non plus. A Love You semble n’obéir qu’à une règle : « Pourquoi être subtil quand on peut être terre à terre et vulgaire? ». Bien entendu, le clochard est plein de philosophie, le prêtre amateur de heavy metal et le routier a un flingue et des tatouages. Les coïncidences n’en sont plus à force de rabâchage et les transitions sont inexistantes. Si l’histoire est toute simple, le rendu est chaotique.

Pour un autre article sur A Love You, c’est dans l’Express.

Critique - A Love You
Un Road Trip entre deux potes mal assortis, qui vont de galères convenues en situations cocasses. On frôle la catastrophe.
Acteurs
Mise en scène
Scénario
Image et son
On aime bien
  • Paul Lefèvre a du potentiel
On aime moins
  • Mais où est passé le scénario ?
  • Les dialogues bébêtes
  • Très mal joué dans l'ensemble
0.9L'avis
Note des lecteurs: (2 Votes)