Critique – Mad Max : Fury Road

36 ans après le film qui l’avait fait connaitre, George Miller revient en force !

George Miller est un réalisateur visionnaire qui s’est fait très discret dernièrement, avec seulement 3 films ces 10 dernières années. Après l’échec que fut Happy Feet 2, Miller met en chantier l’un de ses plus grands projets qu’il travaille depuis 10 ans, le reboot hommage de son plus grand chef-d’oeuvre : la saga Mad Max !

Un scénario plutôt simple pour un Mad Max

Pour ce qui ne saurait absolument pas de quoi parle l’univers de Mad Max en voici un petit résumé. Après une apocalypse, le monde a sombré dans le chaos et la discorde. Seuls les pillards sur roue ont survécu, violant et tuant tout sur leur passage. Le premier film parlait de la chute d’un monde, où seule une brigade de flic tentait de faire régner la loi. C’est ici qu’on découvrait Max, un pilote d’exception. Le deuxième film se passait après une guerre ayant détruit toutes les réserves de pétrole. L’enjeu était donc de capturer une raffinerie pour pouvoir survivre. Mad Max : Au-delà du dôme du tonnerre se situait après les événements des deux premiers, une guerre nucléaire avait mis fin au espoir de reconstruction d’une société stable. Ainsi on retrouve Max (Mel Gibson laisse la place à Tom Hardy vu dans Quand vient la nuit ou encore Locke) dans un monde désertique tourmenté par son passé, pour échapper à ses fantômes il décide de fuir le reste des gens. Pourtant il se retrouve embarqué sur la Fury Road à bord d’un Porte Guerre (camion citerne blindé) en compagnie de l’Imperator Furiosa (incarné par Charlize Theron). Cette dernière fuie l’impitoyable Immortan Joe qui veut récupérer ses possessions volées. En soi le scénario n’est pas énormément poussé, mais il pose toujours les questions de moral et d’étique propre à la saga. Miller rajoute un nouvel élément perturbateur qui ne s’était pas fait sentir jusqu’à présent : le manque d’eau. De plus dans Fury Road, Max se contente de suivre le plan de Furiosa et d’agir en conséquence.image couverture Mad Max Fury Road

Un jeu d’acteur sans aucune faille !

Mad Max est clairement emporté par la prestation de Charlize Theron (ça change de son interprétation très médiocre dans Prometheus) dans le rôle de Furiosa. Elle est clairement le personnage principal de l’histoire si bien qu’on aurait pu rebaptiser ce film « Mad Furiosa » sans aucun souci. Mais ce serait oublier le rôle de Max au cours de la saga! Ce dernier n’est pas le grand héros du film (hormis dans le premier). A la manière d’un John McClane dans la série de films Die Hard, ce sont toujours les ennuis qui viennent à lui. Il ne prend presque jamais les décisions, bien souvent il se fait entraîner de force par les événements et il disparaît une fois que tout est fini. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il ne possède que 25 lignes de dialogue à tout casser dans chaque film. Max n’est qu’un « spectateur » de ce monde tombant dans les flammes.

Une musique totalement délirante

La musique de Fury Road est au niveau de sa mise en scène. Elle s’accorde parfaitement avec le côté épique et bourrin du film. S’il y a bien une scène à retenir c’est celle du Requiem de Verdi ! Dommage qu’elle soit vraiment trop courte. D’ailleurs, aussi surprenant que cela puisse paraître, la musique est en grande partie intradiégétique (c’est à dire qu’elle est produite par une personne dans le film). C’est ainsi que vous aurez un guitariste sur un énorme camion rempli d’enceinte et de tambour. Cela donne un côté complètement délirant et décalé à la plupart des scènes !

explosion magistral derrière Max

Michael Bay était de la partie ?

Un design vraiment très original

La variété de véhicule est phénoménal entre les perchistes, le camion sono, les motos, les voitures bourrées de pique, le Porte Guerre… bref ! Vous l’aurez compris, vous ne verrez pas deux fois le même véhicule de tout le film… Le film commence sur un joli hommage à la plus célèbre des voitures de la saga, l’interceptor V8 ! De plus, George Miller a rajouté un film qui ternit l’image lui donnant la couleur sombre des précédents.

Max et Furiosa arme au poingQuand il n’y en a plus il y en a encore

Niveau mise en scène il n’y a pas à dire George Miller signe un chef-d’œuvre de mise en scène ! Le moindre de ses plans est maîtrisé au millimètre. La scène de la tornade à l’intérieur de la tempête de sable n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Cette mise en scène rythme le film avec une telle efficacité qu’on ne décroche pas la moindre seconde de son siège ! Et au moment où l’on pense l’histoire résolue, il reste encore une bonne demi-heure d’action encore plus délirante que le reste du film !

Vous l’auriez compris, vous ne risquez pas de vous endormir devant Mad Max. Si vous êtes fans, vous aimerez cet hommage. Si vous ne connaissez pas, je vous conseille vivement de voir ce film, puis de regarder le reste de la saga ensuite.

Autres critiques de Mad Max Fury Road : konbini.com/Liberation.fr

Critique - Mad Max : Fury Road
Un retour en force de George Miller ! On ne peut qu'en redemander.
Acteurs
Mise en scène
Scénario
Images et son
On aime bien
  • Le Requiem de Verdi
  • Charlize Theron
  • L'apparition du titre toujours aussi kitsch
On aime moins
  • La linéarité du scénario
  • Les 30 ans d'attente
4.4L'avis
Note des lecteurs: (5 Votes)
    • Erick Domaniczky

      Je vois pas du tout ce que vient faire le temps d’attente entre les films dans les points négatifs… Il y a sans doute eux des tonnes de raisons qui expliquent cela et c’est tout sauf un point négatif !

      • http://avisdupublic.net/ Camille LATOUCHE

        Assez d’accord avec toi.Je ne comprends pas ce qu’une donnée temporelle vient faire dans les points à donner (positifs, comme négatifs). Peut-être que Malo peut nous éclairer ?

        • Malo Soreau

          C’est plutôt un point taquin, pour dire que les 30 ans ont été longue, mais le résultat est parfait !

    • Lucile Malargé

      Je suis d’accord sur TOUT ! Sauf sur le terme « reboot ». Je sais pas pourquoi, je le voyais plus comme une histoire parallèle que comme un reboot. Genre même univers, mais autre Max ^^

      • http://avisdupublic.net/ Camille LATOUCHE

        Oui je suis assez d’accord avec toi concernant le terme Reboot d’après ce que j’ai lu autour du film.

        • Malo Soreau

          Effectivement par contre ce n’est pas un « autre » Max, car il est hanté son passé des films précédant !