Critique – Person of Interest

Critique – Person of Interest

Si l’on vous dit Nolan on pense de suite à Christopher grâce à ses succès tels que Inception, The Dark Knight ou encore Le Prestige. Mais on pense rarement à son frère tout aussi talentueux et à qui l’on doit les scénarios de ces deux derniers par exemple. Comme quoi le talent c’est de famille chez les Nolan.

Et ce n’est pas si peu dire car Jonathan Nolan s’avère être le créateur de la série Person of Interest. Avec J.J. Abrams à la production on ne pouvait pas rêver mieux. Person of Interest nous emmène au cœur d’une intrigue prenante. Elle met en scène John Reese, un ex agent de la CIA présumé mort, recruté par le mystérieux Harold Finch, un millionnaire reclus pour travailler sur un projet secret : prévenir le crime avant qu’il ne se produise. Il a alors élaboré un programme permettant d’identifier chaque jour des personnes qui vont être impliquées dans un crime. Qu’elles soient victime ou coupable.person-of-interest-cover
A deux ils forment un duo atypique mais efficace. L’un est un informaticien handicapé, l’autre un agent surentrainé et badass. En effet le gros point fort de cette série est son originalité par rapport aux nombreuses autres séries policières. Person of Interest pose une base sérieuse avec un concept original qui est tout a fait dans l’ère du temps. Le thème de la surveillance informatique est un sujet qui nous concerne tous de près ou de loin.

John Reese assure votre sécurité.

John Reese assure votre sécurité.

De plus Jonathan Nolan manie à la perfection sa série en lui donnant un rythme effréné. Depuis le commencement de la série on ne ressent aucun relâchement d’un épisode à l’autre. Même si la première saison met du temps à se mettre en route elle s’améliore sans cesse. J’ai rarement vu une série aussi constante dans sa progression et aussi étonnante dans ses révélations. Chacune des saisons apporte une nouvelle dimension à la série qui évite aux spectateurs de se lasser.

Absolument tout est mis en place au millimètre pour que vous accrochiez à cette série. En plus de la maîtrise scénaristique et scénique de Jonathan Nolan, Person of Interest nous offre un panel de personnages attachants. Ils sont très approfondis pour ce genre de série. Au fur et à mesure que l’intrigue avance les personnages évoluent d’une manière intéressante sans partir dans des extrêmes qui pourraient devenir énervants.
D’ailleurs le casting n’y est pas pour rien car il regroupe Jim Caviezel que l’on connaît notamment pour avoir joué dans La ligne Rouge de Terrence Malick. Mais surtout Person of Interest ramène sur le devant de la scène Michael Emerson, l’énigmatique Benjamin Linus de Lost. Il est le gros atout de la série avec son personnage de Harold Finch. On retrouve aussi Amy Acker, Taraji P. Henson et Kevin Chapman moins connu mais tout aussi bon dans leurs rôles.

Jim et Amy vous observe.

Jim et Amy vous observe.

Pour la petite anecdote, le concept de la série vient en fait du système de surveillance que Christopher et Jonathan Nolan ont inventé pour les besoins du film The Dark Knight. Si vous vous souvenez bien il s’agit de la machine que Lucius Fox met à disposition de Bruce Wayne afin qu’il puisse retrouver son pire ennemi le Joker. 

Person of Interest est donc une série parfaitement dosée agrémentée d’un scénario intéressant. Sans jamais s’essouffler elle pourra vous étonner et vous faire frissonner.

Critique - Person of Interest
D’une grande mixité, Person of Interest est une série de bonne qualité alliant action émotion et intrigue intense.
Les acteurs
Scénario
Mise en scène
Image et son
On aime
  • Le duo Jim Caviezel/Michael Emerson
  • L'intrigue qui ne s'essouffle jamais
  • Le concept intéressant et original
On aime moins
  • La longueur des saisons
3.7Note Finale
Note des lecteurs: (2 Votes)
    • Johan

      Je regarde 1 épisode de temps à autre, c’est avant tout pour son scénariste mais je me suis spolié (eh oui 2 épisodes de la saison 1 avec 3 épisodes de la saison 2…) et ca semblait intéressant.
      Si j’ai l’occasion je reprendrai ca du début, le personnage de Reese surpuissant n’est au final pas énervant.
      Cependant, je trouve que le concept de la surveillance aurait du être plus poussé surtout au début de la série car un jeu comme « watch dog » peut rendre cette série moins intéressante et moins grand spectacle.

      • Nawelle Alouani

        Ce que tu dis à propos de la surveillance est totalement justifié mais comme je l’ai dis la série met un peu de temps à se mettre en place. Elle approfondi plus le sujet par la suite. Il faut attendre la moitié de la saison 2 pour que les choses s’accélère à ce niveau là. Donc je ne peux que t’inciter à continuer de regarder. ^^