La fille de l’assassin – Robin Hobb

Critique du livre La fille de l’assassin, second tome du troisième cycle de l’Assassin Royal de Robin Hobb

Après avoir retrouvé Fitz et appris l’existence de sa fille Abeille dans Le fou et l’assassin, le voici de retour dans un épisode où Abeille prend une place considérable et c’est sans conteste une très bonne chose. Cependant, si La fille de l’assassin est un bon livre il n’est, à mon avis, pas exempt de reproches.

Abeille, une enfant, fille d’un assassin royal, parle comme une adulte

Le premier point que l’on peut reprocher à Robin Hobb c’est le passage ultra rapide sur la capacité à dialoguer d’Abeille. Elle est passée d’une petite fille à la limite de l’écervelée à une gamine parlant au même niveau que les adultes. Dans la version originale, le changement est encore plus abrupt car les deux livres sont réunis en un seul tome (Le fou et l’assassin et maintenant La fille de l’assassin). Autre point un peu facile concernant Abeille, c’est sa rapidité d’apprentissage. Une jeune fille qui apprend à monter à cheval et qui est capable, en plein stress, de galoper à grande vitesse est presque impossible. Toutefois, n’est pas la petite-fille de Chevalerie qui veut non ? Enfin, on apprécie la répartie dont elle fait preuve, notamment face à Evite.

Couverture du livre La Fille de l'Assassin, tome 2 du troisième cycle de l'assassin royal

Demoiselle Evite est la jeune femme que l’on rêve d’assassiner ! Si, si !

Ce personnage est véritablement détestable et, il faut l’avouer, on aime le détester. Attitudes vindicatives, à la limite de l’insulte, Evite brille par son manque de courtoisie envers ceux qu’elle estime inférieurs à son rang. La place qu’elle prend dans le récit grandit à chaque chapitre et permet de mieux comprendre le récit et l’écart entre la famille de Fitz et celles de Castelcerf. On peut rajouter dans ce paragraphe les quelques personnages poubelles qui meurent au bout de quelques apparitions et dont une existence plus longue aurait ouvert différents objectifs pour les tomes à venir.

Fitz l’éternel assassin incompris, même par sa fille …

Pauvre Fitz, il n’a vraiment pas de chance quand on y pense. Il sauve des royaumes, veut couler des jours paisibles et le voilà reparti pour devenir un assassin. La tension entre lui et Ortie est vraiment palpable. Cette partie de la trame est somptueusement menée et, dans les tomes à venir, on risque d’apprendre que les décisions de l’un et/ou de l’autre vont influencer grandement l’avenir de l’être qu’ils aiment : Abeille.

Robin Hobb est une tueuse

Sans contestation possible, la plume magistrale de Robin Hobb nous envoûte une nouvelle fois. Cependant, plusieurs critiques se justifient dans ce tome. En effet, la fin est, à mon avis, un peu bâclée et l’action aurait mérité un approfondissement. On aurait aimé observer un combat, des coups de poignard, des gens abréger les souffrances et non une simple décimation de quelques personnes. Comme il s’agit d’une introduction à un nouveau cycle, il est probable que ce poison stylistique ne sera plus présent dans la suite. On attend avec impatience que Fitz, avec l’aide de sa fille, assassine un peu plus et anéantisse toute forme de résistance. Autre petit point négatif, la présence du loup n’est pas claire et, plus particulièrement, l’interaction entre Abeille et ce dernier mérite à la fois un approfondissement et une meilleure caractérisation. Dernier petit reproche, l’épilogue de ce tome est vraiment trop simple et prévisible. Dès le départ on sent arriver la scène finale (à quelques détails près) et le fait que le scénario manque un peu de noirceur et de ramifications n’arrange pas les choses. Certains passages un peu longuets et non nécessaires auraient pu être supprimés pour laisser un peu de place à une trame tendue, mettant plus en avant l’héroïne d’enfant qu’est le rejeton de Fitz.

Le retour de l’enfant prodigue

Sans rentrer trop dans les détails, un personnage capital va rentrer en piste à la fin du récit. Son avis, sa gouaille et sa tournure épileptique des phrases vont probablement bouleverser l’univers du Catalyseur.

Conclusion sur La fille de l’assassin

Pour terminer cette critique sur La fille de l’assassin, Robin Hobb a posé les ficelles de sa marionnette afin que les éléments prennent une représentation théâtrale et annoncent d’ores et déjà une aventure palpitante. Cependant, en voulant probablement trop bien faire, elle a également négligé ce qu’attend un lecteur : de l’action, de la tension et des assassinats. Affaire à suivre et l’on espère que le prochain tome apportera un nouveau souffle et gommera les critiques apportées dans cet article.

Le mot de la fin engage le seul avis de l’auteur de cette critique. On souligne l’indélicatesse de Pygmalion de publier deux tomes différents alors qu’il n’y en a qu’un seul en anglais. Comme quoi, il n’y a pas de petits profits.

La fille de l'assassin - Robin Hobb
Avec une trame un peu longue, pas beaucoup de tensions et une fin un peu bâclée, ce second tome est une petite déception. Robin Hobb nous a habitués à mieux mais on peut relativiser en se disant que La fille de l'assassin pose de très bonnes bases pour la suite.
Style
Personnages
Intrigue
On aime bien
  • Le style
  • La mise en place
  • Le retour d'un personnage important
On aime moins
  • La fin trop rapide
  • La lenteur du récit
3.4La Note
Note des lecteurs: (26 Votes)
    • Scrib

      Une dernière chose…
      Vous êtes nombreux parmi les « grands » fans à lire Robin Hobb dans le texte. Même je trouve que Pygmalion a des façons de faire de forban, je tiens à saluer le travail de traduction d’Arnaud Mousnier-Lompré qui est tout bonnement remarquable de qualité, de précision et d’un français excellentissime (recherche dans les conjugaison, vocabulaire soutenu, etc). C’est une vraie « plume » et on le sent sans mal, un grand fan lui aussi.

      D’ailleurs, c’est aussi l’avis de Robin Hobb….
      Et là, tadammm, c’est le moment où je me la pète un peu 😛

      (cf.image)

      • http://avisdupublic.net/ Camille LATOUCHE

        Haha, nous aussi on a discuté avec Robin Hobb, elle est très ouverte (pas comme d’autre auteur). Cela dit, la traduction est une chose, le découpage d’un livre en deux en est une autre.

        • Scrib

          C’est certain !

    • Scrib

      *** ATTENTION SPOILER *** (<— Je révèle pas mal de trucs qui arrivent à la fin du bouquin – limite plus que l'outrageante 4e de couverture de Pygmalion- alors si vous n'avez pas lu le livre ou pas encore fini, merci de ne pas lire ce qui suit ;-))

      Merci Camille pour ton texte. Voici mon humble avis sur ce livre et donc sur la critique que tu en as fait…

      Abeille est une enfant extraordinaire, d'abord parce qu'elle est un personnage d'Hobb, ensuite car fille de
      Fitz, enfin, car a priori douée d'une combinaison de magies (art, vif, capacité d'anticipation des venue -on ne sait comment- des Blancs ?…) donc même si elle paraît surdouée, à la limite de l'autisme dans la 1ere partie, son évolution ne m'a pas choquée. J'ai du mal à faire le parallèle réalité / Hobb car quand j'ouvre
      ses livres, j'ouvre complètement mon esprit – ou si tu préfères, je baisse mes murailles 😉

      J'ai immensément aimé retrouver Père loup/Oeil de nuit qui m'avait tant manqué ! Peu importe qu'il existe ou pas, je trouve extrêmement émouvant qu'il réapparaisse pour veiller comme un deuxième homme
      sur Abeille. Grande émotion aussi de retrouver Umbre et Kettricken, mais je n'ai jamais trop aimé le personnage du Fou… Je n'arrive pas à me décider sur son sexe et ça gène ma lecture (mais j'aime
      qu'il soit là bien-sûr !) Dans les aventuriers de la mer, le Fou apparaît sous les traits d'une femme et sa façon sibylline de s'exprimer me lasse parfois. A la place de Fitz je ne lui suivrai pas partout haha !

      Pour Evite, je n'ai qu'une hâte : qu'elle apprenne qui est vraiment Fitz que cela lui rabaisse un peu
      son insolent caquet 😉 Ortie, me rappelle bien plus Burrich que Fitz, mais c'est un personnage qui donne du relief à la psychologie de l'histoire, elle est un garde « fou » pour Fitz. Son amour pour elle lui fera peut-être prendre de moins impulsives décisions…

      Concernant les personnages qui meurent « trop tôt », je trouve justement cela brillant ! (si tu n'as pas fini le livre, ami lecteur, je te suggère de ne pas lire ce qui suit 😉 On s'attache de plus en plus à Allègre à mesure qu'on le découvre sensible à Abeille, son personnage s'étoffe et le voilà mort. Brutalement. Ebranlant certes, mais Hobb commence une scène d'horreur avec ce meurtre et ça donne le ton. Perso ça m'a fait penser à une descente de nazis. L'horreur qui bascule en un claquement de doigt, la mort qui fauche sans sommation, puis la mort de FitzVigilant : pareil, on lui prêtait un long chemin dans l'histoire et le voilà face dans la neige, probablement mort… Cela crée la surprise et le choc.

      Tu dis que cela manque de scènes de combats, parfois d'action, qu'il y a des longueurs. Ces « longueurs » que j'identifie bien, je les adore moi. J'aime ses descriptions d'instants, ce quotidien qu'elle raconte avec brio. Je me chauffe à la cheminée, imagine les vêtements longuement décrits, hume les plats en cuisines, visualise la campagne environnante, j'ai froid, chaud, faim, je sens le sang, l'odeur de la mort. J'estime que plus les moments calmes sont dilués plus fulgurants sont les moments d'action. La mort de la chienne, les parasites qui rongent la femme pâle (trop dégueuuuu!) l'assassinat du Fou, l'enlèvement
      d'Abeille, m'ont saisie comme la scène des cachots de Royal ou la morsure du forgisé sur Fitz…

      Pour ce qui est de la prévisibilité de l'enfant inattendu, je ne pensais pas à Abeille. Ça m'a effleuré l'esprit mais c'est une fille (et même si pour le Fou le sexe n'est pas très défini…) et elle n'est pas si « pâle »…
      Et puis Molly l'a portée -longtemps certes- mais l'a accouchée… En tout cas, pour ma part je pensais que ce serait FitzVigilant, le fils du Fou (à moins qu'il ne soit le fils d'Umbre?)… Une fois de plus Hobb m'a laissée cruellement sur ma faim ! Le temps va me paraître très long maintenant jusqu'au prochain opus… !

      Voilà mon humble avis de très grande fan de Fitz (et de Robin Hobb) J'ai tout lu d'elle, TOUT, même de
      Megan Lindhom. Je n'ai pas accroché au Soldat Chamane, j'ai beaucoup aimé les aventuriers de la mer et la cité des anciens, mais incontestablement l'assassin royal est sa réussite absolue, son chef
      d'oeuvre et je trouve qu'avec ces deux tomes (foutu Pygmalion, tu as bien raison, c'est juste ignoble de mercantilisme de couper un tome en deux!) elle a repris le même stylo. On pourrait enchainer le 2e
      et le 3e cycle sans s'imaginer que tant d'années ont passé dans la vie de l'auteur et des lecteurs.

      Quel brio !

      • http://avisdupublic.net/ Camille LATOUCHE

        Salut @scribouilleuse:disqus,

        C’est bien que cet article fasse réagir, cela montre que l’on est tous plus ou moins fans de la saga et que l’on tente d’y apporter notre vision complètement subjective.

        Abeille est une enfant extraordinaire, d’abord parce qu’elle est un personnage d’Hobb, ensuite car fille de Fitz,
        enfin, car a priori douée d’une combinaison de magies (art, vif,
        capacité d’anticipation des venue -on ne sait comment- des Blancs ?…)
        donc même si elle paraît surdouée, à la limite de l’autisme dans la 1ere
        partie, son évolution ne m’a pas choquée. J’ai du mal à faire le
        parallèle réalité / Hobb car quand j’ouvre ses livres, j’ouvre complètement mon esprit – ou si tu préfères, je baisse mes murailles 😉

        Tu comprends que pour des raisons évidentes je ne pouvais pas trop parler de cela dans l’article

        J’ai immensément aimé retrouver Père loup/Oeil de nuit qui m’avait tant
        manqué ! Peu importe qu’il existe ou pas, je trouve extrêmement émouvant
        qu’il réapparaisse pour veiller comme un deuxième homme sur Abeille.
        Grande émotion aussi de retrouver Umbre et Kettricken, mais je n’ai
        jamais trop aimé le personnage du Fou… Je n’arrive pas à me décider
        sur son sexe et ça gène ma lecture (mais j’aime qu’il soit là
        bien-sûr !) Dans les aventuriers de la mer, le Fou apparaît sous les
        traits d’une femme et sa façon sibylline de s’exprimer me lasse parfois.
        A la place de Fitz je ne lui suivrai pas partout haha !

        Oui mais il faut faire la différence entre cette saga (Assassin Royal) et celle des aventuriers de la mer, même si un personnage est identique.

        Pour Evite, je n’ai qu’une hâte : qu’elle apprenne qui est vraiment Fitz que cela lui rabaisse un peu son
        insolent caquet 😉 Ortie, me rappelle bien plus Burrich que Fitz, mais
        c’est un personnage qui donne du relief à la psychologie de l’histoire,
        elle est un garde « fou » pour Fitz. Son amour pour elle lui fera
        peut-être prendre de moins impulsives décisions…

        Là tu parles de récit et d’intuition. C’est tout à ton honneur. Je préfère ne pas trop spéculer pour le moment.

        Concernant les personnages qui meurent « trop tôt », je trouve justement
        cela brillant ! (si tu n’as pas fini le livre, ami lecteur, je te
        suggère de ne pas lire ce qui suit 😉 On s’attache de plus en plus à
        Allègre à mesure qu’on le découvre sensible à Abeille, son personnage
        s’étoffe et le voilà mort. Brutalement. Ebranlant certes, mais Hobb
        commence une scène d’horreur avec ce meurtre et ça donne le ton. Perso
        ça m’a fait penser à une descente de nazis. L’horreur qui bascule en un
        claquement de doigt, la mort qui fauche sans sommation, puis la mort de
        FitzVigilant : pareil, on lui prêtait un long chemin dans l’histoire et
        le voilà face dans la neige, probablement mort… Cela crée la surprise
        et le choc.

        Sincèrement, ces deux morts étaient relativement prévisibles. En effet, la montée de FV dans le récit alors que sa première rencontre avec FC était chaotique et laissait penser à une fin prématurée. Pour l’autre zigoto, on lui confiait trop de tâche. C’est exactement pour cela que je suis triste de la mort de certains personnages car FV avait du potentiel selon moi.

        Tu dis que cela manque de scènes de combats, parfois d’action, qu’il y a
        des longueurs. Ces « longueurs » que j’identifie bien, je les adore
        moi. J’aime ses descriptions d’instants, ce quotidien qu’elle raconte
        avec brio. Je me chauffe à la cheminée, imagine les vêtements longuement
        décrits, hume les plats en cuisines, visualise la campagne
        environnante, j’ai froid, chaud, faim, je sens le sang, l’odeur de la
        mort. J’estime que plus les moments calmes sont dilués plus fulgurants
        sont les moments d’action. La mort de la chienne, les parasites qui
        rongent la femme pâle (trop dégueuuuu!) l’assassinat du Fou,
        l’enlèvement
        d’Abeille, m’ont saisie comme la scène des cachots de Royal ou la morsure du forgisé sur Fitz…

        Pure question de point de vue, à cela que ce premier tome (en anglais) est censé peindre une toile. Je l’ai sentie, cette peinture, mais pas achevée. C’est très subjectif cela dit et totalement critiquable comme avis.

        Pour ce qui est de la prévisibilité de l’enfant inattendu, je ne pensais
        pas à Abeille. Ça m’a effleuré l’esprit mais c’est une fille (et même
        si pour le Fou le sexe n’est pas très défini…) et elle n’est pas si «
        pâle »…
        Et puis Molly l’a portée -longtemps certes- mais l’a
        accouchée… En tout cas, pour ma part je pensais que ce serait
        FitzVigilant, le fils du Fou (à moins qu’il ne soit le fils d’Umbre?)…
        Une fois de plus Hobb m’a laissée cruellement sur ma faim ! Le temps va
        me paraître très long maintenant jusqu’au prochain opus… !

        Concernant Abeille, j’en discutais avec un ami fan de Robin Hobb et de l’Assassin Royal. On a très vite senti, chacun de notre côté, qu’Abeille était .. 😉

        Pour le reste, je te remercie de ton commentaire très bien construit. N’hésite surtout pas à écrire tes propres critiques sur avisdupublic 😉

        • Scrib

          « Oui mais il faut faire la différence entre cette saga (Assassin Royal)
          et celle des aventuriers de la mer, même si un personnage est identique. »

          Rho mais là, tout de même, le « genre » a son importance ! En tout cas, j’espère que c’est bien une femme et que la saga de l’Assassin nous le révèlera 😛

          « Sincèrement, ces deux morts étaient relativement prévisibles. En
          effet, la montée de FV dans le récit alors que sa première rencontre
          avec FC était chaotique et laissait penser à une fin prématurée. Pour
          l’autre zigoto, on lui confiait trop de tâche. »

          Pardon mais je ne comprends pas d’après tes explications en quoi ces personnages étaient voués à la mort. Depuis quand un écrivain s’attache à dresser des portraits aussi prometteurs et « actifs » pour les trucider en 2/2 ? Bon, c’est pas bien grave 😉

          « car FV avait du potentiel selon moi. »

          Je suis complètement d’accord avec toi !

          « Concernant Abeille, j’en discutais avec un ami fan de Robin Hobb et
          de l’Assassin Royal. On a très vite senti, chacun de notre côté,
          qu’Abeille était .. 😉 »

          Oui, j’y ai pensé. Comme j’ai pensé à FV, comme j’ai même pensé à cette péronnelle d’Evite lol mais je trouvais ça trop « prévisible » pour du Hobb, qui aime parfois les choses un peu capillotractées… Enfin, nous verrons bien si c’est vraiment…. (et j’ai hâte !)

          « Pour le reste, je te remercie de ton commentaire très bien construit. N’hésite surtout pas à écrire tes propres critiques sur avisdupublic 😉 »

          Tu es bien gentil ! Je vais déjà finir mon second roman, écrire mon blog, trouver de l’argent pour vivre et m’occuper de mon Abeille et… S’il me reste un peu de temps et que j’ai un gros coup de coeur pour un livre / film / jeu, je ne manquerai pas de t’en (vous en) faire part.

    • Laurent Gibert

      Incroyable de lire des inepties pareilles

      « Elle est passée d’une petite fille à la limite de l’écervelée à une gamine parlant au même niveau que les adultes. »
      n’importe quoi…il faut relire le tome 1 avant d’écrire une bétise pareille…c’est passer complètement à coté du personnage

      « On peut rajouter dans ce paragraphe les quelques personnages poubelles qui meurent au bout de quelques apparitions et dont une existence plus longue aurait ouvert différents objectifs pour les tomes à venir »
      faut m’expliquer ce que vous entendez par « objectifs pour les tomes à venir »…par ailleurs, je ne considère pas les personnages qui sont morts comme poubelles car ils apportent tous à l’intrigue ou au développement des personnages principaux.

      « l’interaction entre Abeille et ce dernier mérite à la fois un approfondissement et une meilleure caractérisation »
      Pour rappel, ceci est le tome 2 (premier livre en réalité) donc c’est heureux qu’il y ait des parts d’ombre….spécialement à ce niveau là

      « l’épilogue de ce tome est vraiment trop simple et prévisible »
      sérieusement?jusqu’à l’avant dernier chapitre et découverte du titre du dernier chapitre (qui d’ailleurs aurait pu se nommer autrement), je ne vois pas comment deviner la fin…à moins que vous ne soyez omniscient…..ou écrivain de best seller…

      Finalement les seuls choses sur lesquels je suis d’accord c’est la coupure en 2 tomes (pitoyable) et évidement ce résumé en 4eme de couverture qui spoil tout simplement un des tournants de ce tome qui arrive pourtant en fin de livre…..

      Bref, pour tout ceux qui ont lu l’assassin royal et le premier tome de cette nouvelle série, aucune hésitation…foncez et forcez vous à ne pas le dire en 2 jours car étant donné la fin, l’attente va être très longue^^

      • http://avisdupublic.net/ Camille LATOUCHE

        Bonjour,

        Vous avez votre avis, j’ai le mien et, dans ce cas, on ne partage pas la même opinion sur ce livre. Nous avons des différents mais nul besoin de juger les pensées d’un autre. Cependant, je vais tout de même tenter de répondre et de justifier mes positions. De plus, je tiens à vous remercier pour le temps passé à écrire ce commentaire.

        Incroyable de lire des inepties pareilles

        « Elle est passée d’une petite fille à la limite de l’écervelée à une gamine parlant au même niveau que les adultes. »
        n’importe quoi…il faut relire le tome 1 avant d’écrire une bétise pareille…c’est passer complètement à coté du personnage

        J’ai d’abord lu le livre en VO, et la progression d’Abeille est vraiment violente en quelques pages. Alors qu’en français, il semblerait que la coupure facilite un peu la transition. J’en ai ensuite discuté avec d’autres fans de Robin Hobb (car l’AR est un très bon cycle, mais pas son unique comme vous le savez probablement) et nous sommes plutôt tous tombés d’accord sur ce point. Le mot écervelée est fort, je vous l’accorde mais la transition est brutale en ce qui la concerne.

        « On peut rajouter dans ce paragraphe les quelques personnages poubelles
        qui meurent au bout de quelques apparitions et dont une existence plus
        longue aurait ouvert différents objectifs pour les tomes à venir »
        faut
        m’expliquer ce que vous entendez par « objectifs pour les tomes à
        venir »…par ailleurs, je ne considère pas les personnages qui sont
        morts comme poubelles car ils apportent tous à l’intrigue ou au
        développement des personnages principaux.

        Je pense notamment à l’attaque et à la mort de certains des personnages qui ont entouré la trame du tome 1 (en français). Il aurait pu être astucieux de laisser certains vivants (je pense à un personnage masculin) et qui aurait pu donner de la matière à Robin Hobb. Ce n’est qu’un avis, vous le ne partager pas mais nul besoin de juger une idée.

        De plus, j’ai bien marqué quelques personnages, et non tous. Il est évident qu’ils apportent tous un petit plus.

        « l’interaction entre Abeille et ce dernier mérite à la fois un approfondissement et une meilleure caractérisation »
        Pour
        rappel, ceci est le tome 2 (premier livre en réalité) donc c’est
        heureux qu’il y ait des parts d’ombre….spécialement à ce niveau là

        Là je ne suis pas du tout d’accord avec vous. Je pense que Robin Hobb aurait pu (du?) gratter quelques informations sur le papier.

        « l’épilogue de ce tome est vraiment trop simple et prévisible »
        sérieusement?jusqu’à
        l’avant dernier chapitre et découverte du titre du dernier chapitre
        (qui d’ailleurs aurait pu se nommer autrement), je ne vois pas comment
        deviner la fin…à moins que vous ne soyez omniscient…..ou écrivain de
        best seller…

        En toute sincérité, la réponse est oui pour plusieurs lecteurs (nous avons pas mal échangé sur la construction du livre) et plus particulièrement sur certains points importants et précis. Sur l’avenir d’Abeille (alors toute la fin, non, soyons honnête, mais sa couleur de cheveux, l’ambiance qui règne, ce sont des facteurs clés et, au final, nous sommes tous tombés d’accord), sur la bataille dans un lieu précis, sur un personnage qui allait mourir également.

        Finalement les seuls choses sur lesquels je suis d’accord c’est la
        coupure en 2 tomes (pitoyable) et évidement ce résumé en 4eme de
        couverture qui spoil tout simplement un des tournants de ce tome qui
        arrive pourtant en fin de livre…..

        Vous voyez, on arrive à un terrain d’entente 😉

        Bref, pour tout ceux qui ont lu l’assassin royal et le premier tome de
        cette nouvelle série, aucune hésitation…foncez et forcez vous à ne pas
        le dire en 2 jours car étant donné la fin, l’attente va être très
        longue^^

        Je suis bien d’accord, ça reste un bon livre. Et il pose de très bonnes bases.

        • Laurent Gibert

          certes j’ai été un peu virulent, je vous l’accorde^^j’ai écrit ce post peu de temps après avoir fini le tome d’une traite. Certaines série comme l’AR( et dans une moindre mesure les autres cycles) ou les Ender peuvent m’enlever une certaines part d’objectivité tant je les trouve passionnantes
          Concernant la nature d’abeille, je suis d’accord (je n’ai pas voulu écrire à ce sujet par peur de spoiler).
          Ceci dit, la fin (à mon sens) ne débouche pas uniquement sur cette révélation (qui je vous l’accorde, est connue avec certitudes plus tôt) et ouvre des perspectives sur des sujets qui n’étaient que survolés (ou pas assez développés) durant les cycles précédents de l’AR.(blanc,vif..).
          Je demeure mitigé sur vos prédictions passées (qui va mourir?ou?) à moins qu’elle n’ait été déduite en fin de tome…
          Je reste malgré tout sur mes positions en ce qui concerne la relation entre abeille et un certain animal…
          L’éveil d’abeille ne m’en semble pas un mais seulement un changement d’attitude dû à la nécessité.
          Bref, à la sortie du prochain tome, et si par hasard, je repassai sur ce site (oui je me suis inscrit seulement pour écrire mon commentaire!!), je ferai (tout) mon possible pour rester courtois malgré les émotions que me suscite ce cycle.

          PS:+1 pour la rapidité de la réponse!!^^

          • http://avisdupublic.net/ Camille LATOUCHE

            Ender est très bon aussi 🙂 Comme quoi on a pas mal en commun ;).

            Bien joué concernant le spoiler 😉 Merci.

            Ceci dit, la fin (à mon sens) ne débouche pas uniquement sur cette
            révélation (qui je vous l’accorde, est connue avec certitudes plus tôt)
            et ouvre des perspectives sur des sujets qui n’étaient que survolés (ou
            pas assez développés) durant les cycles précédents de
            l’AR.(blanc,vif..).

            Tout à fait d’accord avec vous. Cependant, c’est difficile de parler de la Fille de l’Assassin, hélas, sans trop spoiler.

            Je demeure mitigé sur vos prédictions passées (qui va mourir?ou?) à moins qu’elle n’ait été déduite en fin de tome…

            Environ à 1/3 pour un personnage dans le tome 2. Le où (j’entends l’endroit général, pas une pièce précise) à la moitié du second tome.

            L’éveil d’abeille ne m’en semble pas un mais seulement un changement d’attitude dû à la nécessité.

            A ce niveau là, je pense retoucher un peu mon article original. Je vais sans doute y ajouter une ligne ou deux concernant son attitude par rapport aux autres et donc son désir ainsi que sa capacité de parler.

            Bref, à la sortie du prochain tome, et si par hasard, je repassai sur ce
            site (oui je me suis inscrit seulement pour écrire mon commentaire!!),
            je ferai (tout) mon possible pour rester courtois malgré les émotions
            que me suscite ce cycle.

            Ce sera avec un grand plaisir. Techniquement, vous n’avez pas eu à vous inscrire il me semble, votre profil G+/Fb/Tw a été synchronisé via Disqus. Cela vous permet d’utiliser un seul compte pour tous les sites qui emploient ce système de commentaire (allocine par exemple). N’hésitez pas à vous inscrire (pour de vrais), si vous désirez rédiger votre propre critique. Nous encourageons les gens à le faire, c’est important d’apporter sa vision.

            • Laurent Gibert

              Par curiosité, je vous serai reconnaissant,entre 2 lectures, de m’indiquer les pages qui semblent révéler la mort et le lieu…..j’en ai une petite idée mais rien qui puisse amener à une certitude..
              Je présenterai (du moins seulement pour ce point, faut pas pousser non plus) mon Mea Culpa.
              Toujours dans le soucis de ne pas spoil d’autres lecteurs égarés, pas de soucis pour me l’envoyer directement via FB ou par mail (laurentgib21@yahoo.fr)
              Bonne soirée