Critique – La Nuit au Musée 3 : le secret des Pharaons

La Nuit au Musée 3, l’aventure nocturne s’achève.

La Nuit au Musée 3 : le secret des Pharaons est la deuxième suite d’un film qui, par son gros succès au box office, aura réussi à devenir un divertissement familial en vogue. Le concept était simple : un musée qui prend vie, une dose d’humour assurée par un Ben Stiller bankable, et assez d’effets spéciaux pour contenter les fantasmes éveillés des enfants. La suite fut moins bonne, qualitativement parlant, et rapporta moins d’argent sonnant et trébuchant tout en restant assez rentable pour envisager un dernier épisode, La Nuit au Musée 3, afin de former une trilogie. Alors que le projet n’était pas des plus attendus, il fit parler de lui en étant la dernière apparition de deux acteurs décédés : Robin Williams et Mickey Rooney. Dès lors, La Nuit au Musée 3 prit malheureusement une toute autre allure.

image affiche la nuit au musee 3

Dans La Nuit au Musée 3 : le secret des Pharaons, on retrouve Larry Daley (Ben Stiller, La Vie rêvée de Walter Mitty), toujours gardien nocturne de l’immense galerie New-yorkaise. Alors qu’un spectacle est organisé, mettant en scène les œuvres d’art vivantes, ces dernières sont prises d’un étrange mal, qui les pousse à agir dangereusement. Larry se rend compte que la tablette d’Ankmenrah, l’instrument qui anime le musée chaque nuit, perd petit à petit de sa magie. Ni une, ni deux, le gardien de nuit s’arrange pour partir à Londres afin de comprendre le fonctionnement de la tablette, et sauver ses amis Roosevelt (Robin Williams, Insomnia), Octavius (Steve Coogan, entendu dans Moi, Moche et Méchant 2) ou encore Jedediah (Owen Wilson, The Grand Budapest Hotel, Les Stagiaires). En Angleterre, comme aux USA, Larry vivra une aventure nocturne palpitante.

La Nuit au Musée 3, le visiter c’est l’adopter.

La Nuit au Musée 3 : le secret des Pharaons débute pied au plancher en prenant assez de pincettes pour ne pas perdre l’enfant, ni l’adulte, qui débute la trilogie par ce troisième film. Larry Daley est toujours veilleur de nuit, mais maintenant totalement en phase avec son travail et ses conditions extraordinaires. La magie nocturne opère toujours dans La Nuit au Musée 3, et les visiteurs croient assister à un déchaînement d’effets spéciaux tel que le musée n’a plus besoin de se mettre au goût du jour. C’est pour fêter la réussite de ce renouveau que le musée organise un dîner, que Larry organise au niveau animation, en mettant en scène ses amis œuvres d’art éveillées. Cette séquence de La Nuit au Musée 3 est rythmée, et les effets spéciaux toujours aussi typés cartoons, volontairement irréalistes. C’est plein d’un humour enfantin et léger, qui ne fait pas toujours rire l’adulte mais fait particulièrement mouche chez l’enfant. Tant mieux, car il est indéniable que La Nuit au Musée 3 est fait pour nos bambins, calibré pour eux et il atteint son but : les captiver.

image film la nuit au musee 3

La Nuit au Musée 3, Ben Stiller prend la poussière.

La Nuit au Musée 3 : le secret des Pharaons est certes très énergique, mais pas frappadingue pour autant. C’est d’ailleurs typique du réalisateur Shawn Levy, qui est loin d’enfiler les chefs-d’œuvre comme des perles mais à qui on doit reconnaître une mise en scène loin d’être abominable. L’intrigue de La Nuit au Musée 3 ne cesse d’avancer, et si elle aura du mal à passionner totalement les parents, elle diffuse assez d’action pour tout de même contenter tout le monde. On pensera notamment à la séquence du squelette de tricératops, à la fois amusante et impressionnante. Le seul véritable regret qu’on ressent dans La Nuit au Musée 3 se trouve du côté de la performance des comédiens, certains étant visiblement peu impliqués dans l’affaire. C’est surtout le cas de Ben Stiller qui, s’il est déjà loin d’être un acteur merveilleux, est ici carrément monolithique, une sorte de Steven Seagal de l’humour. Peu d’expressions et une présence physique étrangement peu convaincante, on sent l’acteur pas du tout concerné. La Nuit au Musée 3 en pâtit certainement.

La Nuit au Musée 3, les enfants l’adorent.

Le principal de l’action de La Nuit au Musée 3 se passe en Angleterre. Qui dit nouveau lieu dit nouveau musée, et les enfants fans du concept de ces films pourront découvrir toute une tripotée de nouveaux personnages, donnant ainsi lieu à des situations tout aussi nouvelles. Le principal arrivant dans La Nuit au Musée 3 est Lancelot (Dan Stevens, Downtown Abbey, Balade entre les Tombes) et ce personnage apporte une dose de fraîcheur réjouissante, même si son principal ressort comique peut devenir un peu rébarbatif à la longue. Le preux chevalier issu de la légende arthurienne devient même le déclencheur de la séquence finale de La Nuit au Musée 3, palpitante et sacrément émouvante, de par son action et le contexte entourant Robin Williams, et impliquant aussi un autre nouvel entrant : le Pharaon Merenkahre (Ben Kingsley, La Stratégie Ender, Iron Man 3). La Nuit au Musée 3 se termine bien, et boucle de façon définitive l’aventure de Larry Daley.

image ben stiller la nuit au musee 3

La Nuit au Musée 3, les bonus.

Pour regarder la bande annonce de La Nuit au Musée 3 : le secret des Pharaons, c’est par ici.
Vous trouverez le site officiel de La Nuit au Musée 3 à cette adresse.
Et n’oubliez pas de lire d’autres critiques de La Nuit au Musée 3, notamment chez Zickma.

Critique - La Nuit au Musée 3 : le secret des Pharaons
La Nuit au Musée 3 boucle la trilogie d'une manière qui plaira avant tout aux enfants, sa cible principale.
Scénario
Mise en scène
Acteurs
Image et son
On aime
  • Bien rythmé.
  • Des effets spéciaux réussis.
  • Une fin pleine d'émotions.
On aime moins
  • Ben Stiller, pas du tout dedans.
  • Scénario très léger.
3.0La note
Note des lecteurs: (2 Votes)
    • http://avisdupublic.net/ Camille LATOUCHE

      Pourquoi lorsque je vois Ben Stiller je pars en courant ?

      • http://avisdupublic.net/ Mickael Barbato

        Parce que tu as encore du bon sens ? (pas fan également)

        • http://avisdupublic.net/ Camille LATOUCHE

          Haha, remarque, il semblerait que dans Walter Mitty il soit pas mauvais.